Les élèves de Sainte-Catherine agissent pour l’environnement

« Nous sommes la nouvelle génération, nous pouvons améliorer les choses !» Louison Barte est en troisième. Adolescente engagée, elle fait partie des 23 élèves de l’établissement, de la sixième à la terminale, qui se sont portés volontaires pour devenir éco-délégués. Sous l’encadrement de leur professeure référente, Mme Mathez, cette « éco-team » a réussi à emporter l’adhésion de l’ensemble de ses camarades en organisant des « défis inter-classes » en faveur du développement durable.


Le premier de ces challenges, lancé en décembre 2020, a permis de rassembler 175 kilos de vêtements au profit de la Croix-Rouge. Suite à cette collecte, des élèves du lycée ont participé, samedi 13 février, à une vente de vêtements dans les locaux de l’association : au-delà de la simple bonne action, Alexandra Schulz, éco-délégué en classe de Seconde, a le sentiment que ce moment « sincère » lui a beaucoup apporté à elle aussi. « C’était une belle opportunité de mettre en perspective les grands choix que nous avons à faire pour notre avenir. On réalise que réussir sa vie ne se résume pas à la réussite professionnelle. »


Forts de ce premier succès, les éco-délégués de Sainte-Catherine organisent en ce moment un deuxième défi : rassembler le plus de bouchons en plastique possible. Les élèves ont jusqu’au 11 mars pour participer. Ces bouchons seront par la suite confiés à RAMH, une structure bénévole localisée à Marseille, qui s’occupe de trier et de vendre les petites pièces en plastique à une usine de recyclage. Les bénéfices retirés pourront alors être reversés à l’association aixoise des chiens d’aveugles ou d’autres associations agissant dans le domaine de l’aide aux personnes handicapées.


Afin de donner de la visibilité à ce projet, alliant la lutte contre le gaspillage, le recyclage et la solidarité, les élèves de Sainte-Catherine vont participer au prix de « l’action éco-déléguée de l’année ». Ce concours, organisé par le ministère de l’Éducation nationale en partenariat avec les revues Phosphores et Okapi, nécessite la réalisation d’une courte vidéo pour présenter l’initiative choisie. Les élèves seront donc amenés à déployer toute l’étendue de leurs talents.


Jamais à court d’idées, les éco-délégués ont d’ores et déjà leur prochain défi en tête : transformer des chaussettes orphelines en tawashi, un concept d’éponge zéro déchet venu du Japon. Ce nouveau challenge est l’occasion de s’impliquer en famille : « les projets écologiques menés dans l’établissement sont aussi un moyen de mobiliser l’entourage des élèves » rappelle Chloé Alessandri, éco-déléguée en année de seconde. Les classes de technologie seront mises à contribution pour la fabrication de métiers à tisser composés de cadres en bois et de clous et les ateliers tawashi seront ouverts à tous. A terme, les éponges recyclées pourraient trouver leur place dans chaque salle de classe et remplacer peu à peu les matières synthétiques…


« En tant qu’éco-délégués, nous avons la possibilité de mener des actions collectives. C’est un moyen pour nous de changer d’échelle, de voir plus grand que ce qu’on pourrait faire seul ou chez nous » croit fermement Anaïs Cardona, élève de Terminale. Pour elle comme pour tous
les éco-délégués de Sainte-Catherine, changer le monde peut parfois tout simplement commencer par transformer son école.

Sophie Chaudey, stagiaire professeur-documentaliste

Témoignage d’élève :
« Samedi, des élèves de Seconde Baudelaire et Verlaine ont contribué à une vente de vêtements dans les locaux de la Croix-Rouge. C’était une belle opportunité de remettre en perspective les « grands choix » que nous avons à prendre. En aidant ces personnes « vulnérables » je n’ai pas eu/ressenti ce sentiment cliché de la « bonne action », mais plutôt d’un apport mutuel de sincérité et une affirmation de la motivation pour le travail ; on réalise que
réussir sa vie n’est pas pareil qu’une réussite professionnelle. »
Alexandra Schulz, 2e Verlaine